mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 13 septembre 2018

Réseaux sociaux : où est le pouvoir ?

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au Numérique, envisage de légiférer pour limiter l’addiction aux réseaux sociaux. Dans un entretien très intéressant publié par Le Figaro, Gaspard Koenig, philosophe libéral, lui répond que légiférer n’est pas la solution et relève de l’addiction du politique à la régulation, pour s’immiscer dans l’intime des gens à tort et à travers en détournant la loi de son objectif. S’ils sont d’accord sur le constat de départ (l’addiction), que penser de cette divergence sur les solutions ?

Et la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 7 septembre 2018

Ils vont crucifier La Croix !

Le journal, bien sûr. Celui qui s’affiche comme le quotidien de référence des catholiques français. Celui qui, malgré cette étiquette, sombre parfois dans un relativisme que Benoît XVI pourfendait naguère avec l’acuité de son intelligence. Des contentieux se font jour entre certains catholiques et ce journal censé être leur porte-étendard : un éditorial qui se réjouit de la légalisation de l’avortement en Irlande, un article qui minore sciemment les chiffres de fréquentation de la dernière Marche pour la vie, la publication que certains trouveront biaisée et sans recul d’un sondage favorable à la PMA. La rédaction semble avoir choisi entre la rigueur du dogme et les sirènes du siècle.

Et la suite sur Boulevard Voltaire

mardi 4 septembre 2018

Peut-on caricaturer Mahomet ? L’islam et la manière…

Aux Pays-Bas, le cinéaste et député Geert Wilders, leader du Parti de la liberté (nationaliste-souverainiste-populiste) et opposant déclaré à l’islam et l’islamisme, a fait machine arrière. Il renonce à son projet de concours de caricatures de Mahomet lancé en juin dernier et prévu pour le mois de novembre, ce, pour des raisons de sécurité. L’arrestation d’une personne au passeport pakistanais ayant manifesté son intention de s’attaquer au député ou aux bâtiments du Parlement confirme que les menaces proférées n’étaient pas à négliger. Est-ce un recul face à un risque terroriste ? Le risque zéro n’existe pas en matière de terrorisme, mais cette annulation ne sera-t-elle pas perçue comme une capitulation, et donc une victoire de l’islam radical ?

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1840078596057491

lundi 3 septembre 2018

De la PMA et de l’escroquerie à l’assurance

Une assurance, c’est un mécanisme de transfert de risque : moyennant le payement d’une prime, l’assuré cède l’obligation d’assumer les conséquences d’un éventuel sinistre à un assureur. Cela permet de mutualiser et donc de lisser le coût du sinistre entre tous les assurés. Une assurance fonctionne dès lors que l’on peut modéliser la probabilité de survenance des sinistres et leurs coûts d’indemnisation respectifs, afin que l’ensemble des primes collectées finance les coûts de remboursement et ceux de fonctionnement de l’assureur. Il y a des assurances pour des sinistres dont la probabilité d’occurrence est faible, d’autres où elle est élevée.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

lundi 27 août 2018

Université d'été de la Sainte-Baume 2018

Mes comptes rendus de l'université d'été de la Sainte-Baume sur le thème de l'Europe pour l'OSP Fréjus - Toulon

le 23 Août le 24 Août le 25 Août le 26 Août

lundi 20 août 2018

Belle France

Le temps du périple estival est achevé : fin des petits sauts d’une puce qui ne souhaiterait pas battre des records de longueur, mais juste aller d’un endroit intéressant à l’autre, tout proche, pour le seul plaisir de contempler, d’écouter, de toucher et de humer. Se faire migrant dans son propre pays pour quelques jours, ne pas dormir deux nuits au même endroit car d’autres belles sensations nous attendent ailleurs et d’autres personnes seront rencontrées à la croisée des chemins.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 17 août 2018

Un sexe autre ?

Les normes sont sans doute fascistes, et celle de l’état civil ne fait pas exception. Nom, prénoms, sexe, date et lieu de naissance, filiation, mariage(s), décès, domicile : des cases un brin psychorigides qui s’imposent au quidam. Certes, des révolutionnaires luttent contre cette dictature étriquée. Christiane Taubira, par exemple, a permis que se marient deux personnes de même sexe et que des filiations mensongères soient établies pour l’enfant conçu orphelin pour être adopté par l’autre.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 26 juillet 2018

Pendant l’affaire Benalla, les députés La République en marche se sont soudés pour… liquider le père

Dans le brouhaha de l’affaire Benalla, ses ramifications et ses rebondissements, parler d’un autre sujet, c’est prendre le risque d’être inaudible (et écrire, celui d’être illisible). Les petits soldats de l’armée en marche s’y emploient cependant, loyalement et laborieusement, et tentent digressions et diversions. Ils endossent, ainsi, la posture de ceux qui continueraient à se soucier de la chose publique quand des factieux sèment le trouble. Et, lundi 23 juillet, est tombée la prise de position du bureau exécutif du parti sur les questions de procréation qui seront débattues avec la loi de bioéthique. Ils sont pour la procréation médicalement assistée ouverte aux femmes seules ou en couple, remboursée par la Sécurité sociale, l’établissement d’une filiation a priori pour les couples de femmes, l’auto-conservation des ovocytes. Ils souhaitent, en outre, préserver la gratuité du don de gamètes, mais aussi rompre avec l’anonymat si le donneur accepte d’y renoncer. La gestation pour autrui n’est simplement pas d’actualité, le député en charge Thomas Mesnier affirmant n’y être pas opposé.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 22 juillet 2018

Emmanuel Macron lâché par le « Parti médiatique » ?

L’imposture de l’élection d’Emmanuel Macron est en partie due à un unanimisme de la presse qui n’a pas hésité à matraquer son audience sans retenue, tel un Alexandre Benalla dans une manifestation, que le supposé Deus ex machina allait tout changer à la politique. Et quinze mois plus tard, l’organe d’agit-prop qui se prévaut du titre de quotidien de référence de France lâche son poulain en déclenchant la curée, avec un scandale bien sidérant, qui dégénère en mode feuilleton.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mercredi 18 juillet 2018

Qui veut la peau de Vincent Lambert ?

Notre jupitérien président a certes raison de mettre à l’honneur un militaire tout cassé en OpEx au Mali, le caporal-chef de première classe Cabrita. Le prendre avec lui à Moscou pour assister au match, mettre en avant son grand sourire dans les vestiaires avec les joueurs, parce que, comme presque tous les Français, ce soldat blessé de partout a le droit de rêver avec les bleus de l’équipe de France de football. Et les mots du président-histrion sonnaient juste, cette fois-là.

Et la suite sur Boulevard Voltaire

vendredi 13 juillet 2018

Quelle féministe se lèvera pour défendre Mona ?

Est-ce le soleil de la Méditerranée qui fait perdre la tête, ou plus prosaïquement le sens de la mesure ? Même si l’Égypte et Marseille sont diamétralement opposés sur cette mer, il y a une similitude entre la célèbre sardine qui bouchait le port phocéen et le verdict de cette cour d’Égypte qui condamne Mona al Mazbouh à huit ans de réclusion pour « atteinte au peuple égyptien ».

Et la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 6 juillet 2018

PMA : les cécités du Conseil d'Etat

« Délit d’initié » ? Le Figaro a bénéficié d’une lecture anticipée de la synthèse du rapport du Conseil d’État sur la révision de la loi de bioéthique remis au Premier ministre aujourd’hui. Il en a fait profiter ses lecteurs. Pas de surprise, la très progressiste et très servile chambre haute administrative se condamne à certaines cécités sélectives. À croire qu’elle souhaiterait incarner une forme de justice en se collant un bandeau sur les yeux. Qui se laissera duper ?

Et la suite chez Boulevard Voltaire

- page 1 de 31