mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 16 février 2019

Insémination avec donneur : un médecin père de 200 enfants ?

Starbuck, c’est le nom d’un film québécois qui raconte l’histoire d’un futur papa un peu paumé, pas bien mature ni très futé. Et qui est déjà le père de 533 enfants, ayant été un donneur de sperme très assidu. 142 parmi les jeunes adultes issus de son sperme demandent à la justice la levée de son anonymat. Dans l’attente du procès, il se met à en rencontrer quelques uns, dont une junkie et un handicapé. Le sujet est traité avec bienveillance, avec ce qu’il faut de « beaux sentiments » pour échapper au sordide : le film reste une comédie, un agréable divertissement. Peut-être même est-il trop léger pour un sujet de cette gravité.

et la suite chez Boulevard Voltaire

mercredi 13 février 2019

École : les « père » et « mère » vont-ils disparaître des formulaires officiels ?

Objectivement, il y a de très belles mécaniques. Pensez par exemple à une montre, pas une montre à quartz, mais une vieille, une de celles où des engrenages, des rouages, des pignons et des balanciers aux mouvements précis entraînaient celui des aiguilles. Elles étaient belles. Parfois même l’horloger laissait voir une partie de cette mécanique en ouvrant une brèche sur le cadran.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 10 février 2019

La lucidité de Benjamin Griveaux

Être d’accord avec Benjamin Griveaux, ça peut arriver. Il s’épanchait, le 8 février dernier, auprès de Libération à propos de l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules, confiant ne pas vouloir revivre ce que fut 2013, mais prophétisant pour son propre malheur que l’« on n’y couperait pas ». Assez respectueux des faits (pour une fois), il constate que la consultation du CESE bricolée en décembre dernier a vu pointer en tête des revendications l’abrogation de la loi Taubira. Et de dénoncer la Manif pour tous qui, pourtant, n’a fait que publier un tweet de défiance envers le CESE le 17 décembre sans inviter ses militants à se mobiliser. Ils n’ont pas eu besoin d’être envoyés en mission, ils ont trouvé seuls le chemin numérique de cette consultation.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 3 février 2019

La guerre fait rage : mangeurs de viande contre consommateurs de végétaux

Il faut bien supposer que les conflits entre agriculteurs et pasteurs ont dû débuter le jour où l’homme a quitté le statut de chasseur-cueilleur pour sécuriser ses sources d’alimentation, certes au prix du travail auquel il s’astreint. Le conflit entre Abel et Caïn ne raconte pas autre chose : Dieu qui préfère l’offrande de viande d’Abel et dédaigne les fruits de la terre offerts par Caïn. Dépité, il tue son frère (Genèse, chapitre 4).

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 17 janvier 2019

Et pendant ce temps-là, les chrétiens sont toujours plus persécutés à travers le monde…

Il est de tristes décomptes. Le nombre des victimes d’un raz-de-marée, d’une épidémie, ou d’un tremblement de terre, des morts gisant sur un champ de bataille, des personnes qui ne mangent pas à leur faim, n’accèdent pas à l’eau potable, sont sans domicile fixe. Et ils y a ceux qui meurent en raison de la foi chrétienne qu’ils professent.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 13 janvier 2019

Miss Algérie victime d’insultes racistes, Miss France métissées et ma Miss à moi

Les concours de Miss, c’est un peu futile, mais ça existe. Évidemment, en ces temps de disette, il faut promouvoir la quête du bon, du juste, du vrai et du beau. Mais l’élection d’une Miss est-elle une démarche visant à promouvoir et à faire aimer le beau, dans ce cas précis sous la forme de jeune femmes disposant d’une plastique plus ou moins stéréotypée ? C’est une question qui mérite d’être posée.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

lundi 7 janvier 2019

Haro sur le patrimoine !

Il semblerait que l’exercice du pouvoir, en France, se borne à chercher la martingale pour augmenter l’impôt de la façon la moins douloureuse ou la moins visible possible. Emmanuel Macron, avec sa taxe carbone déguisée en mesure écologique, s’est fracassé contre le mur du réel avec les gilets jaunes. Ils n’en veulent pas, ils ne sont pas dupes de l’hypocrisie de la démarche. Par contre, ils réclament à grands cris le rétablissement de l’impôt dit de solidarité sur la fortune supprimé, manu militari et en première urgence, par le pouvoir en place. Certes, pas complètement supprimé : l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) le remplace, avec une assiette plus étroite.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 6 janvier 2019

Loi Taubira et gilets jaunes : un goût de revanche du côté du CESE…

Les militants opposés aux graves dérangements anthropologiques initiés par la loi Taubira ouvrant le mariage aux personnes de même sexe ont, en travers de la gorge, la mise à la poubelle, par le président de l’époque du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Jean-Paul Delevoye, d’une pétition qui avait réuni tout de même plus de 700.000 signatures, en collusion avec le Premier ministre. En quelque sorte, le coup de grâce porté à la démocratie directe après sa condamnation à mort et son exécution par Nicolas Sarkozy et les parlementaires ayant voté le traité de Lisbonne. La Justice a eu beau condamner cette décision, son nouveau président peut bien reconnaître la faute, le mal est fait, la tache est indélébile et le CESE sera toujours la chambre servile qui a sacrifié son indépendance par opportunisme politique. Vae victis, malheur aux vaincus.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 30 décembre 2018

Recette de saison : le sabotage de grand débat national

La gestion de la crise des gilets jaunes a accouché d’un grand débat national. C’est beau, le débat, dans une démocratie, c’est même essentiel : pas de débat, pas d’occasion de discuter et de convaincre que le bien public serait mieux servi par telle décision que par telle autre. Sauf qu’il y a, dans ce grand débat qui nous est proposé, comme une arnaque manifeste.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

lundi 17 décembre 2018

Référendum d’initiative citoyenne : certes, mais…

Ce n’est pas le dernier référendum national tenu en France qui a meurtri profondément le pays, c’est ce qui en a été fait après. Lui n’a fait qu’acter d’un clivage profond entre élites et peuple. Le rejet du traité constitutionnel européen aurait dû, en bonne logique, alerter sur le problème d’une Europe déjà devenue ingouvernable et échappant à la démocratie, confisquée par des technocrates que les peuples ne contrôlent pas. Une fois la sidération passée de voir que le peuple avait tiré le signal d’alarme, les seules préoccupations des eurocrates furent de relancer le train dans sa course folle, mais en supprimant ce signal d’alarme. Ce fut le traité de Lisbonne. Bien sûr, Nicolas Sarkozy et tous les Français qui ont contribué de près ou de loin à ce traité devraient être inculpés de haute trahison, et surtout les parlementaires qui ont voté pour cette abomination* quand le suffrage universel l’avait rejetée.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 6 décembre 2018

« Murs des cons » : ce procès dont on ne parle pas

Il y a les comparutions immédiates de gilets jaunes et il y a le procès si tardif du mur des cons. Françoise Martres, ex-patronne du Syndicat de la magistrature, comparaît pour injures publiques, cinq ans après la découverte des faits. Sans éprouver la moindre honte pour avoir épinglé des politiques, tout juste le regret d’avoir desservi la cause syndicaliste avec ce scandale. Elle persiste et signe en audience pour une personne qui mériterait ce qualificatif infamant, mais elle renouvelle ses excuses pour les parents de victimes eux aussi accrochés au tableau de déshonneur. L’expression « minimum syndical » semble ici convenir parfaitement.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 16 novembre 2018

La collection « Que sais-je ? » confie à Caroline Mécary le sujet « PMA GPA »

La collection « Que sais-je ? », éditée par les Presses universitaires de France (PUF), c’est une institution, avec plus de 4.000 volumes publiés. Pour bon nombre de personnes qui veulent une introduction sur un sujet qu’ils ne maîtrisent pas, c’est un point d’entrée moins rebutant qu’une somme d’expert, qui ne prétend pas à l’exhaustivité ni à présenter toute la complexité d’un sujet, mais qui permet de bien le défricher avec une synthèse rapide et accessible au non-spécialiste. Le succès de ces mini-encyclopédies au format de poche ne se dément pas avec le temps, même s’il est vraisemblable que Wikipédia s’avère un concurrent sérieux.

Et la suite sur Boulevard Voltaire

- page 1 de 33