mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 8 novembre 2018

Pétain : l’Histoire, c’est compliqué

Emmanuel Macron a osé laissé supposer, mercredi, que Philippe Pétain, présenté par l’Histoire comme le vainqueur de Verdun, allait être honoré par la République comme les autres maréchaux de la Grande Guerre. Savourons l’instant trop rare où le Président tente de faire autre chose que du révisionnisme teinté d’opportunisme, comme il l’a fait par exemple avec les pieds-noirs. Régalons-nous de ce moment fugace où il essaie de dire une vérité connue de tous, mais désagréable car elle nous renvoie à notre faillibilité personnelle. Gobergeons-nous aussi de cet éclair d’humilité de celui qui admet que même sa pensée complexe ne saurait tout enfermer dans des schémas simples.

et la suite chez Boulevard Voltaire

lundi 5 novembre 2018

Donneurs de sperme : engagez-vous, rengagez-vous !

L’agence de biomédecine recrute et le fait savoir, par la radio et par le web. Elle use des bonnes grosses ficelles du pathos pour vendre sa marchandise, mettant en avant la « solidarité » du geste et n’hésitant pas à flirter avec la publicité mensongère en affirmant qu’« en France, le don de spermatozoïde est anonyme, gratuit… ». Or, la France serait en effet bien incapable de garantir le moindre anonymat à l’heure où des tests génétiques réalisés par des firmes étrangères permettent à des Français de retrouver leur donneur, comme l’histoire d’Arthur Kermalvezen en témoigne.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

lundi 29 octobre 2018

Twitter m’a (presque) tuer

Ou chronique de la censure ordinaire ...

Et la suite chez Agoravox

mardi 23 octobre 2018

#PasDeVague : une scélérate à l’Éducation nationale

Il ne s’agit pas ici de dénoncer une femme. La scélérate, c’est une de ces vagues gigantesques, monstrueuses, démesurées, échappant à toute norme et qui se forment et s’abattent parfois sur le ponts des bateaux en pleine mer. Ces murs d’eau disloquent la coque des navires trop fragiles qui ont le malheur de croiser leur chemin. Et c’est bien une scélérate qui est venue troubler la quiétude de la mer d’huile où cabote l’Éducation nationale. La violence des images de Créteil est éloquente : un jeune élève qui braque une arme de poing sur la tempe d’un professeur. La hauteur de la vague dépasse tout ce que l’on pouvait imaginer rue de Grenelle.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mercredi 17 octobre 2018

Le droit à l’objection de conscience écarté par la Cour européenne des droits de l’homme !

La liberté de conscience n’est plus un droit de l’homme

C’est ce que vient de décider en substance la Cour européenne dite des droits de l’Homme (CEDH) en déclarant irrecevable une requête présentée par 146 maires ou adjoints français au sein du collectif des maires pour l’enfance . Il dénonçaient l’obligation de marier des personnes de même sexe comme une atteinte à la liberté de conscience.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mardi 16 octobre 2018

Transgenre par mimétisme ?

Slate a sorti le 15 octobre 2018 un article : une chercheuse, madame Lisa Littman de l’université de Brown (l’une des très convoitée Ivy League aux Etats-Unis d’Amérique) a bravé la bien-pensance LGBT ! Dans une publication validée par le comité de lecture de la revue PLOS ONE et datée du 16 août 2018, elle établit que les adolescents et jeunes adultes qui consultent pour une « dysphorie de genre soudaine* » (c’est-à-dire sans que des antécédents dans leur enfance ne laissent rien présager) se trouvent souvent dans des groupes où d’autres personnes entament la même démarche. Une contagion sociale, une espèce de mode, un mimétisme serait-il à l’origine de certains cas ? Il semblerait qu’il s’agisse en plus d’une épidémie : chez les Anglais, le nombre de cas est multiplié par 5 en 5 ans et dorénavant, il y aurait plus d’occurrences constatées chez des sujets féminins.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mercredi 10 octobre 2018

Vers un ministère de la Vérité ?

Du futur conseil de déontologie de la presse

Le ministère de la Culture ne publie pas, à l’heure de la rédaction de ce billet, de lettre de mission détaillée. C’est bien dommage, et c’est symptomatique d’une gouvernance de gribouille, d’une sujétion à l’instant présent. Il faut donc se contenter des déclarations orales autour de la reprise des discussions sur la loi « Fake News » et d’un tweet de Françoise Nyssen :

« Le premier rempart contre la manipulation de l’information, ce sont les médias et les journalistes. J’ai confié à @emmanuelhoog une mission sur la création d’un conseil de déontologie de la presse, qui associerait journalistes, éditeurs et société civile. »

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mardi 9 octobre 2018

Fécondité et barbarie

La dystopie La Servante écarlate s’invite sur vos écrans ou dans votre bibliothèque où elle peut honorablement côtoyer les maîtres Aldous Huxley et George Orwell. Dans ce cauchemar inventé par Margaret Atwood, la pollution entraîne une chute de la fécondité des femmes et une proportion grandissante de bébés anormaux. Des ultra-puritains prennent le pouvoir et abolissent la démocratie, la société devient régie par un système de castes sexuées où les « servantes écarlates », présumées fécondes, sont asservies et doivent donner aux « dominantes » les enfants qu’elles portent et que leurs maîtresses ne peuvent pas concevoir et porter. Dans ce monde violent et totalitaire, la personne est instrumentalisée, sa dignité est bafouée et la moindre dissidence de sa pensée est farouchement éradiquée.

Et la suite sur Boulevard Voltaire

jeudi 13 septembre 2018

Réseaux sociaux : où est le pouvoir ?

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au Numérique, envisage de légiférer pour limiter l’addiction aux réseaux sociaux. Dans un entretien très intéressant publié par Le Figaro, Gaspard Koenig, philosophe libéral, lui répond que légiférer n’est pas la solution et relève de l’addiction du politique à la régulation, pour s’immiscer dans l’intime des gens à tort et à travers en détournant la loi de son objectif. S’ils sont d’accord sur le constat de départ (l’addiction), que penser de cette divergence sur les solutions ?

Et la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 7 septembre 2018

Ils vont crucifier La Croix !

Le journal, bien sûr. Celui qui s’affiche comme le quotidien de référence des catholiques français. Celui qui, malgré cette étiquette, sombre parfois dans un relativisme que Benoît XVI pourfendait naguère avec l’acuité de son intelligence. Des contentieux se font jour entre certains catholiques et ce journal censé être leur porte-étendard : un éditorial qui se réjouit de la légalisation de l’avortement en Irlande, un article qui minore sciemment les chiffres de fréquentation de la dernière Marche pour la vie, la publication que certains trouveront biaisée et sans recul d’un sondage favorable à la PMA. La rédaction semble avoir choisi entre la rigueur du dogme et les sirènes du siècle.

Et la suite sur Boulevard Voltaire

mardi 4 septembre 2018

Peut-on caricaturer Mahomet ? L’islam et la manière…

Aux Pays-Bas, le cinéaste et député Geert Wilders, leader du Parti de la liberté (nationaliste-souverainiste-populiste) et opposant déclaré à l’islam et l’islamisme, a fait machine arrière. Il renonce à son projet de concours de caricatures de Mahomet lancé en juin dernier et prévu pour le mois de novembre, ce, pour des raisons de sécurité. L’arrestation d’une personne au passeport pakistanais ayant manifesté son intention de s’attaquer au député ou aux bâtiments du Parlement confirme que les menaces proférées n’étaient pas à négliger. Est-ce un recul face à un risque terroriste ? Le risque zéro n’existe pas en matière de terrorisme, mais cette annulation ne sera-t-elle pas perçue comme une capitulation, et donc une victoire de l’islam radical ?

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1840078596057491

lundi 3 septembre 2018

De la PMA et de l’escroquerie à l’assurance

Une assurance, c’est un mécanisme de transfert de risque : moyennant le payement d’une prime, l’assuré cède l’obligation d’assumer les conséquences d’un éventuel sinistre à un assureur. Cela permet de mutualiser et donc de lisser le coût du sinistre entre tous les assurés. Une assurance fonctionne dès lors que l’on peut modéliser la probabilité de survenance des sinistres et leurs coûts d’indemnisation respectifs, afin que l’ensemble des primes collectées finance les coûts de remboursement et ceux de fonctionnement de l’assureur. Il y a des assurances pour des sinistres dont la probabilité d’occurrence est faible, d’autres où elle est élevée.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

- page 1 de 31