mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 2 février 2020

Tirésias à l’université

Comme Cassandre, Tirésias est profondément tragique : il annonce une triste et inacceptable vérité. Le devin aveugle qui a dévoilé à Œdipe les forfaits commis – tuer son père et coucher avec sa mère, même s’il n’en était pas conscient – était connu pour avoir été homme, puis femme, puis homme. Il est, en cela, une icône LGBT, surtout T.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 30 janvier 2020

Délire transhumaniste d’Emmanuel Macron sur la paternité

Valeurs actuelles, sous la plume de Charlotte d’Ornellas, nous informe des propos tenus par notre Jupin national, Emmanuel Macron, à Pascale Morinière, présidente des associations familiales catholiques, lors d’un raout autour du trentième anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant. Ils sont sidérants. « Votre problème, c’est que vous croyez qu’un père, c’est forcément un mâle », a-t-il répondu à l’interpellation sur le paradoxe qu’il y a à célébrer la CIDE et, en même temps, violer son article 7 en instaurant la PMA sans père pour les femmes seules ou en couples.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 23 janvier 2020

Bioéthique : le clivage droite/gauche éclaté ?

Il y a des discordes à gauche comme à droite sur les sujets de bioéthique qui sont actuellement en cours de discussion au Sénat. Ces discordes internes semblaient anecdotiques, en 2013, lors des discussions sur l’ouverture du mariage entre personnes de même sexe : un Nestor Bruno Azerot ou une Bernadette Laclais faisaient figure d’exception à gauche, comme Franck Riester ou Luc Chatel à droite. La ligne de démarcation était nette : le progrès, c’est la gauche ; le conservatisme, c’est la droite.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

lundi 20 janvier 2020

Netflix à Paris, cheval de Troie ?

Anodine, la présence d’un ministre et du maire de la capitale à l’inauguration des locaux parisien de Netflix ? Que nenni ! La grande firme mondiale est un distributeur majeur de « culture », et il convient de bien garder en mémoire deux affirmations. D’abord, dans le monde des affaires, à la fin, c’est le distributeur qui gagne. Ensuite, l’hégémonie culturelle est la mère de toutes les batailles. Choyer un distributeur relèverait donc possiblement, pour une personnalité politique, plus du calcul que de la recherche du bien commun.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 17 janvier 2020

La réunion électorale houleuse de Marlène Schiappa

La mode bobo qui s’entiche de termes en langue de Shakespeare parle d’« after hour » pour désigner un pot pris avec des amis ou des collègues après les heures de travail. Certains estaminets proposent des prix d’appel pour doper la consommation et attirer le chaland. C’est de bonne guerre.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Les réflexions de frère Adrien sur le fanatisme

Il y a des conférences qui décapent, par exemple celle de frère Adrien Candiard, o.p. tenue le 7 janvier 2020 à Lyon et dont le sujet était « Quand la religion est malade. Réflexion sur le fanatisme ». Elle est disponible au bout du lien

Et la suite chez l'OSP Fréjus-Toulon

mardi 14 janvier 2020

Pour le camp du bien, pas d’État de droit

L’association Alliance VITA fait encore parler d’elle. En début d’année, la chronique avait été défrayée par l’abus de pouvoir d’Anne Hidalgo et l’attitude servile des régies qui, pour obéir à l’édile, ont tenu pour nulle et non avenue une décision de justice. L’association pro-vie débutait, ce lundi 13 janvier, son cycle annuel de formation, « L’Université de la Vie », accessible en visioconférence à partir de 150 villes. Une formation exigeante pour comprendre les problèmes éthiques qui se posent dans notre société dite de progrès.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 5 janvier 2020

Matzneff : des faits, pas des sarcasmes

Sollicité par la rédaction de Boulevard Voltaire me demandant si je serais inspiré par les informations révélées par un article du Journal du dimanche, être tenté de répondre par la négative, et puis se raviser.

Et la suite sur Boulevard Voltaire

samedi 4 janvier 2020

Affaire Alliance VITA : la double peine d’Anne Hidalgo et des régies

La censure de la (superbe !) campagne d’affichage d’Alliance VITA par les régies en charge de sa diffusion, sur injonction du lobby LGBT relayé par Anne Hidalgo, a fait couler du pixel sur les écrans et de l’encre sur le papier. Elle est belle, l’unanimité de la bien-pensance qui chasse en meute le déviant qui oserait questionner son idéal progressiste ! Sauf que, parfois, il y a le mur de la loi.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 3 janvier 2020

Les nouveaux ciseaux d’Anastasie Hidalgo

Anastasie, c’était le petit nom donné à la censure naguère. Un prénom tellement ringard que l’on pourrait croire que la censure, c’est dépassé, ça a rejoint les dinosaures au cimetière des pratiques abolies. Et pourtant, il y a des surprises.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 29 décembre 2019

La naissance la plus moderne dans la famille la plus moderne

Un jour je lirai La fabrication du consentement, de Herman et Chomsky. Promesse de l’ivrogne que je ne suis pas ? L’avenir le dira, mais quand je lis certains articles, je souhaiterais devenir un expert en dénonciation de propagande.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

samedi 28 décembre 2019

Les actes de baptême désormais conformes à la norme Taubira ?

L’Homme Nouveau attire l’attention de ses lecteurs sur une novation suggérée le 13 décembre aux diocèses par la conférence des évêques de France sous la plume de son président pour les questions canoniques, Mgr Joseph de Metz-Noblat, évêque de Langres. Sur l’acte de baptême, l’état-civil du baptisé qui était formulé ainsi : “Fils – fille – de Et de Domiciliés“, sera reformulé ainsi : “Noms et prénoms des parents ou des autres titulaires de l’autorité parentale“. Ceci afin d’éviter que l’Église ne soit attaquée en discrimination par des parents en couple homosexuels dont l’un serait géniteur et l’autre adoptant.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 26 décembre 2019

Chrétiens d’Orient : l’exil comme issue ?

La démographie se nourrit de chiffres qui reflètent des faits mesurables. Les minorités religieuses ne trouvent plus, au Moyen-Orient, de raisons suffisantes de rester sur place. Les guerres étrangères ou civiles et l’insécurité ont raison de l’attachement légitime à une terre où leurs aïeux ont vécu. C’est devenu trop dangereux. Il faut partir pour tenter de vivre.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mardi 24 décembre 2019

L’opium du peuple et le dealer

Les prismes de lecture occidentaux sont-ils pertinents pour comprendre et éventuellement juger d’une décision politique prise dans un autre pays dont la culture est très différente à propos de religion ? Postulons que cela soit possible, qu’il existe en matière de sacré un universalisme, comme René Girard en a eu l’intuition.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 20 décembre 2019

Mur des cons : un épilogue et des dégâts

Françoise Martre, ès qualité de présidente du syndicat de la magistrature, a été condamnée en appel pour injure publique envers le général Philippe Schmitt, confirmant ainsi le jugement de première instance, et, novation de la cour, Robert Ménard et le Rassemblement National. L’affaire « hors-norme » se termine ici, sauf en cas de pourvoi en cassation. Et malgré cet aspect conclusif, de nombreuses interrogations demeurent.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 15 décembre 2019

Crèche de Toulouse : tendre l’autre joue ?

Encore un épisode de créchophobie dont notre pays, écartelé entre laïcards sectaires et chrétien-compatibles, a le secret. Voici les faits, rapportés par La Dépêche, et rien qu’elle à l’heure où sont rédigées ces lignes : le 14 décembre, sur la place Saint-Georges, à Toulouse, devait se tenir une crèche vivante animée par des enfants, avec quelques concerts de circonstance. Une bande d’une cinquantaine de trublions se sont invités. Se présentant comme des anticapitalistes, ils ont crié « Stop aux fachos » et ont insulté participants et policiers. Ils cherchaient la confrontation. Ils ont gagné : les représentations ont été annulées.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Cabinet Occurrence : compteur et conteur

Il y a parfois des tweets malheureux, surtout quand ils sont publiés par le compte d’une agence de communication, en l’occurrence Occurrence. Une entreprise qui compte « rigoureusement » les manifestants et publie le résultat de son calcul. Ses clients sont les médias dont l’univocité a permis, favorisé le cambriolage électoral de 2017. Bref, une entreprise qui est délibérément compatible avec Emmanuel Macron et En Marche !, ce qui est son droit le plus absolu.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 8 décembre 2019

L’apprenti sorcier de la bioéthique

La scène est archi-connue : Mickey, apprenti sorcier et esclave domestique en charge du nettoyage, emprunte le chapeau du patron pour accomplir sa tâche à l’aide de la magie. Mais comme il ne maîtrise pas les sorts jetés aux balais et aux seaux d’eau, il déclenche une catastrophe…

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mardi 3 décembre 2019

Aléa moral et en même temps : et si on reparlait du délai de carence des fonctionnaires ?

Il y avait sans doute peu de choses à sauver à l’inventaire du déplorable quinquennat Sarkozy, mais il y en a une que son successeur a discrètement et rapidement liquidée pour faire plaisir à sa base électorale : le jour de carence des fonctionnaires. Les fonctionnaires français, tout le monde le sait, sont tellement vertueux qu’il n’est pas besoin que l’État se prémunisse contre l’aléa moral avec eux.

Et la suite sur Boulevard Voltaire

vendredi 29 novembre 2019

Livre : Dernières Nouvelles de l’homme (et de la femme aussi), Fabrice Hadjadj

La philosophie peut tout analyser, même le langage dont elle se sert pour travailler et exposer le fruit de son travail. Il faut surtout, pour parvenir à transmettre, la volonté bienveillante de faire comprendre à d’autre ce que l’on aurait compris. Et, bien sûr, partager avec son audience un langage commun. Fabrice Hadjadj, dans son livre, use d’un langage simple et direct, compréhensible de tous, et loin des cuistreries arrogantes de certains. Et il use de l’humour.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

- page 2 de 25 -