Il y a sur le plan international des institutions dont la gouvernance laisse à désirer ou prête à rire. Elles sont devenues trop perméables à certaines influences. Par exemple, le Human Right Council (Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU) voit siéger des pays éminemment respectueux de ceux-ci comme l’Arabie Saoudite, Cuba, la Chine ou l’Égypte. Il y a aussi l’OMS et sa promotion d’une éducation sexuelle précoce avec travaux pratiques dès le plus jeune âge (déjà évoqué il y a peu) ou l’UNESCO qui déniait à Jérusalem son passé juif. Plus proche de nous, l’Union européenne semble soumise à certains lobbies très bien organisés, généreusement financés et très influents. D’aucuns invoqueront le sens de l’Histoire ou le progrès pour justifier de ces « avancées ». Les soixante-huitards, idolâtres de la transgression, sont aux manettes.

Et la suite chez Boulevard Voltaire