Pour qu’un pays puisse être considéré comme démocratique, il faut que des élections y soient organisées de temps à autre afin de désigner des élus ou pour répondre à une question lors d’un référendum, voire une votation chez nos voisins suisses. Cela suppose une mobilisation de citoyens. Une armée de scrutateurs et d’assesseurs tente, pour la plupart d’entre eux, d’encadrer honnêtement le déroulement du vote. Grâce à eux, les scrutins peuvent être sincères et conformes aux prescriptions de la loi. Il faut aussi mettre en œuvre une certaine logistique : des bulletins, des enveloppes, des isoloirs, des urnes et des listes électorales. Ces dernières ont pour rôle primordial de dire qui peut voter dans un bureau, et leur émargement empêche que deux votes soient émis pour un et un seul électeur.

Et la suite chez Boulevard Voltaire