Elles ne sont pas feutrées pour protéger du froid en ce début de printemps, mais pour faire moins de bruit : ceux des bottes sont déplaisants à entendre, porteurs de violence, parfois de sang, de sueur et de larmes. La semaine dernière, des bottes bruyantes ont permis aux bottes discrètes de passer plus ou moins inaperçues : elle marchaient sur d’épaisses moquettes et tapis parisiens.

Et la suite chez Boulevard Voltaire