Encore une guerre picrocholine à cause du tweet d’un quidam devenu viral.

Et la suite chez Boulevard Voltaire