Les normes sont sans doute fascistes, et celle de l’état civil ne fait pas exception. Nom, prénoms, sexe, date et lieu de naissance, filiation, mariage(s), décès, domicile : des cases un brin psychorigides qui s’imposent au quidam. Certes, des révolutionnaires luttent contre cette dictature étriquée. Christiane Taubira, par exemple, a permis que se marient deux personnes de même sexe et que des filiations mensongères soient établies pour l’enfant conçu orphelin pour être adopté par l’autre.

Et la suite chez Boulevard Voltaire