Slate a sorti le 15 octobre 2018 un article : une chercheuse, madame Lisa Littman de l’université de Brown (l’une des très convoitée Ivy League aux Etats-Unis d’Amérique) a bravé la bien-pensance LGBT ! Dans une publication validée par le comité de lecture de la revue PLOS ONE et datée du 16 août 2018, elle établit que les adolescents et jeunes adultes qui consultent pour une « dysphorie de genre soudaine* » (c’est-à-dire sans que des antécédents dans leur enfance ne laissent rien présager) se trouvent souvent dans des groupes où d’autres personnes entament la même démarche. Une contagion sociale, une espèce de mode, un mimétisme serait-il à l’origine de certains cas ? Il semblerait qu’il s’agisse en plus d’une épidémie : chez les Anglais, le nombre de cas est multiplié par 5 en 5 ans et dorénavant, il y aurait plus d’occurrences constatées chez des sujets féminins.

Et la suite chez Boulevard Voltaire