Il ne s’agit pas ici de dénoncer une femme. La scélérate, c’est une de ces vagues gigantesques, monstrueuses, démesurées, échappant à toute norme et qui se forment et s’abattent parfois sur le ponts des bateaux en pleine mer. Ces murs d’eau disloquent la coque des navires trop fragiles qui ont le malheur de croiser leur chemin. Et c’est bien une scélérate qui est venue troubler la quiétude de la mer d’huile où cabote l’Éducation nationale. La violence des images de Créteil est éloquente : un jeune élève qui braque une arme de poing sur la tempe d’un professeur. La hauteur de la vague dépasse tout ce que l’on pouvait imaginer rue de Grenelle.

Et la suite chez Boulevard Voltaire