Il est de tristes décomptes. Le nombre des victimes d’un raz-de-marée, d’une épidémie, ou d’un tremblement de terre, des morts gisant sur un champ de bataille, des personnes qui ne mangent pas à leur faim, n’accèdent pas à l’eau potable, sont sans domicile fixe. Et ils y a ceux qui meurent en raison de la foi chrétienne qu’ils professent.

Et la suite chez Boulevard Voltaire