Notre-Dame,

Mercredi dernier, je vous quittais après la messe, non sans avoir dit une courte prière devant cette statue de vous portant l’Enfant, Dieu incarné. Cette statue que j’aime, que je ne manque presque jamais de saluer quand je viens dans votre cathédrale parisienne.

Elle est si belle, votre statue, si gracieuse. Dispensatrice de grâces.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Article repris dans La Croix