Et finalement, si tout cela n’était qu’une simple histoire de responsabilité ? Un mot qui emporte son lot de désagréments, que l’on élude si volontiers. Un mot d’assureur qui cherche qui doit payer. Un mot de petit chef qui se défausse et veut identifier un fusible humain en cas d’échec. Un mot qui articule des causes et des effets, parfois avec raison, mais pas toujours. Un mot qui pulvérise l’insouciance de l’enfance. Mais le monde ne rêve que de « droits ». Dans un de ses dessins, le génial Jacques Faizant faisait dire à l’un de ses arrogants bobocrates que l’individu a des droit et la société a des devoirs. Quelle anticipation de ce que nous vivons et voyons aujourd’hui !

Paru le 5 octobre Et la suite chez Boulevard Voltaire