Europol pavoise : l’agence de coordination/coopération des polices nationales des membres de l’Union européenne en matière de lutte contre la criminalité, le terrorisme, la pédophilie et le trafic de stupéfiants a réussi une opération coup de poing visant à démanteler l’infrastructure numérique de propagande de Daech. L’agence de presse du califat devenu virtuel Amaq ainsi que ses correspondants seraient privés de leurs moyens de communiquer. Neuf fournisseurs de services, parmi lesquels Dropbox, Google, Instagram, Telegram, Twitter et YouTube, auraient contribué à cette action. Bravo aux cyberflics ! Voilà au moins un sujet où l’Europe pourrait faire consensus : coopérer pour éradiquer le terrorisme islamique ou non est plus pertinent que rester impuissant seul dans son coin. L’Oumma rêvée des fondamentalistes se joue de nos frontières, il serait sot de s’y cramponner.

Et la suite chez Boulevard Voltaire