Ceux nés avec le numérique ne comprendront peut-être pas la métaphore photographique. La crise que nous vivons est un révélateur très efficace. Malgré la faible lueur inactinique de la chambre noire, nos carences apparaissent dans le bac avec une grande célérité et une netteté stupéfiante. Le retour à la pleine lumière confirmera l’intuition, le cliché met en évidence tous les détails saisis par la pellicule. Les détails de nos carences collectives.

Et la suite chez Boulevard Voltaire Ou sur agoravox