mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 6 janvier 2019

Loi Taubira et gilets jaunes : un goût de revanche du côté du CESE…

Les militants opposés aux graves dérangements anthropologiques initiés par la loi Taubira ouvrant le mariage aux personnes de même sexe ont, en travers de la gorge, la mise à la poubelle, par le président de l’époque du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Jean-Paul Delevoye, d’une pétition qui avait réuni tout de même plus de 700.000 signatures, en collusion avec le Premier ministre. En quelque sorte, le coup de grâce porté à la démocratie directe après sa condamnation à mort et son exécution par Nicolas Sarkozy et les parlementaires ayant voté le traité de Lisbonne. La Justice a eu beau condamner cette décision, son nouveau président peut bien reconnaître la faute, le mal est fait, la tache est indélébile et le CESE sera toujours la chambre servile qui a sacrifié son indépendance par opportunisme politique. Vae victis, malheur aux vaincus.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mercredi 1 juillet 2015

du bon usage de la démocratie directe

Le 29 mai 2005 en France a eu lieu un référendum portant sur l'acceptation, ou non, du traité constitutionnel européen. Avec le résultat que l'on connaît : un non, peut-être ni franc ni massif, mais objectif, tangible, réel.

et la suite sur Liberté Politique

dimanche 22 février 2015

C'est grave Docteur ?

« BONJOUR DOCTEUR ! — ... — Je vous appelle parce que je crois que je développe une allergie à la République. — …

la suite de ce palpitant dialogue sur Liberté Politique