mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 30 mars 2020

Coronavirus : planquer les cadavres, un mensonge d’État

Les Chinois vivent sous une dictature qui use des moyens de la dictature, entre autres la propagande. L’information officielle ne se soucie pas de la vérité, cette adéquation de la pensée aux choses (note à l’attention de Sibeth Ndiaye : là, c’est vraiment de saint Thomas d’Aquin), mais seulement d’établir une version assez crédible pour être martelée jusqu’à s’imposer, et qui sert bien évidemment ce qu’elle perçoit comme étant ses intérêts. Le quasi-monopole des médias rend ce contrôle plus aisé que dans un monde où les médias sont libres, multiples, concurrentiels et non soumis à une autorité politique. Mais la propagande est aussi diffusée à l’extérieur des dictatures, parfois. Il semblerait que la Chine ait décidé de promouvoir l’idée qu’elle a très efficacement jugulé l’épidémie, affichant un bilan officiel de seulement 3.301 décès au 27 mars 2020, suivant la synthèse de l’OMS.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mardi 24 décembre 2019

L’opium du peuple et le dealer

Les prismes de lecture occidentaux sont-ils pertinents pour comprendre et éventuellement juger d’une décision politique prise dans un autre pays dont la culture est très différente à propos de religion ? Postulons que cela soit possible, qu’il existe en matière de sacré un universalisme, comme René Girard en a eu l’intuition.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 15 août 2019

Cryptomonnaies : comme un cyber-yuan dans un jeu de quilles

La Chine annonce le lancement d’une cryptomonnaie nationale basée sur le yuan. Elle y travaille depuis 2014, en secret. Les objectifs seraient de contrer l’éventuelle hégémonie du Libra de Facebook, de supprimer l’argent liquide et de réduire la dépendance de la Chine face aux autres devises. La Chine avait pourtant interdit sur son territoire l’usage des cryptomonnaies, leur minage et leurs levées de fonds : pour Pékin, la monnaie doit rester sous contrôle du pouvoir régalien.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mardi 1 août 2017

Pour quelques iPhone de plus …

Un réseau, c’est un ensemble de multiples points et les liens qui les relient entre eux. L’objectif est souvent de mutualiser les liens entre chaque point : nous sommes nombreux sur la route du réseau routier ; le réseau électrique irrigue d’un flux d’énergie qui part des centrales de production aux points de consommation ; l’Internet permet le trafic des courriels, des données publiées sur des sites, des interactions de toutes les natures possibles. De ces nécessaires partages des liens entre les points découlent des inconvénients : des bouchons les jours de grands départs, le nombre de foyers et entreprises privés d’électricité après une tempête, le fait que la DGSI n’ignore pas nécessairement que vous lisez un article de Boulevard Voltaire.

Sur le quel se trouve la suite de cet article

et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1414645898600765

mercredi 16 février 2011

Aveu de naïveté

Je dois l'avouer : je suis un grand naïf. Jusqu'à la lecture de l'article de la Tribune du 9 février 2011 signé Marc Fiorentino, je pensais que nous vivions dans un monde idéal où la Chine, les tigres d'Asie et les Pétro-Monarchies se gavaient sans retenue de T-Bond comme par le passé, sans trop se soucier de l'indigestion. Je pensais que tant que ces pays iraient à la soupe de l'oncle Sam, ne se méfiant ni des qualités gustatives et ni des aspects diététiques du junk food qui leur y est servi, la demande américaine trouverait une bonne raison de ne pas s'écrouler, nous permettant à nous autres pauvres vassaux de peut-être surnager dans nos fiefs.

Lire la suite...