En 1972, la charpente et la toiture de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes ont brûlé. Un ouvrier couvreur en charge de travaux de réfection avait mis le feu avec son chalumeau. Au terme de huit années de procédures, l’État avait été reconnu responsable de ce sinistre parce qu’il n’avait pas dépoussiéré les combles. S’il fallait établir un seul retour sur expérience, une seule conclusion de ce triste incendie, c’est que malgré l’âge vénérable qu’elles affichent, les cathédrales de France présentent des fragilités et qu’il conviendrait de les protéger.

et la suite chez Boulevard Voltaire