mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 26 janvier 2018

Pour promouvoir la PMA, le camp du bien ne recule devant rien

Le camp du bien n’a aucune pudeur, il s’expose sans retenue et se complaît dans son admiration narcissique de lui-même. Témoin le document concernant les éléments de langage établis par l’AJL, l’Association des journalistes lesbiens (et gay et tout ce qui s’ensuit), afin d’assurer le service avant-vente de la PMA ouverte aux seules femmes célibataires ou en couple. Il est en ligne sur leur site ajlgbt.info, et les conseils qu’il donne ne visent qu’à aider à « un traitement médiatique éclairé, rigoureux et respectueux du sujet ».

et la suite sur Boulevard Voltaire

Et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1577379085660778

vendredi 16 juin 2017

L’idéologie du genre fait de la propagande à la Métropole de Bordeaux

Assumons une certaine dose de schizophrénie. Censurer un spectacle a priori est une intolérable atteinte à la liberté de création et d’expression qui devrait nous faire nous lever tous ensemble contre un despotisme. Mais il est des propagandistes pour qui la fin justifie tous les moyens, même les plus abjects. Ils choisissent pour cibles ceux qui seront les plus vulnérables : les jeunes enfants. Pire encore : il est des collectivités publiques qui promeuvent (et subventionnent ?) de tels agissements.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Et pour les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1365524396846249

jeudi 4 mai 2017

GPA : le nez de la marionnette Macron s’allonge…

Présenter Emmanuel Macron comme une marionnette n’est pas très original : il est trop jeune, a trop peu d’expérience, n’a jamais été élu, etc. Mais alors, qui tire les fils ? François Hollande ? Goldman Sachs et la clique des banquiers ? Drahi ? L’Eurocratie Bruxelloise ? La bande de vieux gourous toxiques Attali – Minc – Kouchner – BHL – Cohn-Bendit – Bergé et assimilés ? Sans doute un peu tous, mais là n’est pas la question.

Et la suite chez Boulevard Voltaire