mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 2 juin 2019

Notre-Dame, le fonctionnaire et l’âne (petite réflexion sur les premières fuites de l’enquête)

En 1972, la charpente et la toiture de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes ont brûlé. Un ouvrier couvreur en charge de travaux de réfection avait mis le feu avec son chalumeau. Au terme de huit années de procédures, l’État avait été reconnu responsable de ce sinistre parce qu’il n’avait pas dépoussiéré les combles. S’il fallait établir un seul retour sur expérience, une seule conclusion de ce triste incendie, c’est que malgré l’âge vénérable qu’elles affichent, les cathédrales de France présentent des fragilités et qu’il conviendrait de les protéger.

et la suite chez Boulevard Voltaire

lundi 29 avril 2019

Rire des flammes de Notre-Dame : France Inter l’a fait

Les chrétiens souffrent. Leurs frères dans la foi sont persécutés de part le monde. Ils ne sont certes pas les seuls à souffrir de persécutions, mais avec 4300 chrétiens tués en raison de leur foi dans le monde en 2018, surtout au Nigeria, il est difficile de ne pas trouver que ce bilan est très lourd. Faut-il préciser que parmi les bourreaux de ces récents attentats, il n’en est pas qui se réclament d’une idéologie catholique ou d’une autre confession chrétienne qui justifierait de telles violences. La foi chrétienne est certes prosélyte, mais toute conversion y respecte la liberté de conscience du converti. Il est une autre religion prosélyte qui n’a pas toujours de telles délicatesses.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

samedi 20 avril 2019

Notre-Dame : attention au recel de détournement de fonds caritatifs !

Le Figaro a mis en ligne un sondage qui pose la question : « Notre-Dame de Paris : faut-il utiliser une partie des fonds récoltés pour sauver d’autres églises en péril ? ». Sur plus de 37 000 votants, le Oui recueille 76 % et le Non 24 %.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 18 avril 2019

Lettre ouverte à Notre-Dame

Notre-Dame,

Mercredi dernier, je vous quittais après la messe, non sans avoir dit une courte prière devant cette statue de vous portant l’Enfant, Dieu incarné. Cette statue que j’aime, que je ne manque presque jamais de saluer quand je viens dans votre cathédrale parisienne.

Elle est si belle, votre statue, si gracieuse. Dispensatrice de grâces.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Article repris dans La Croix