L’ADAE (1) organisait un petit déjeuner sur le sujet du pacte d’actionnaires. Me Benedict Vidal, associé au cabinet Carler, en était l’intervenant. Il a campé le décors et nous avons pu échanger sur ce sujet passionnant. Bien évidement, il concerne les actionnaires ou associés. Les parts d’une entreprise ne peuvent être réduites à un élément patrimonial des investisseurs, anodin et strictement comparable à des objets. J’écrivais ici en 2014 qu’il nous faudrait en bonne logique parler de « droits et devoirs sociaux », puisque la détention de ces titres implique aussi des obligations vis à vis de la société elle-même.

Et la suite chez Finyear