mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 8 août 2017

Elections : Les castings déplorables

Dans le monde de la comptabilité et de l’audit, il est un principe qui impose la prééminence de la réalité sur l’apparence. Les Anglo-Saxons l’énoncent ainsi : « substance over form ». Avoir l’air de ne sera jamais aussi bien qu’être. Ce principe de bon sens n’a pas réussi à s’imposer partout, témoin nos dernières élections présidentielles où se sont affrontées des baudruches gonflées d’ego hypertrophiés, mais dépourvues des qualités nécessaires pour ce type de poste : culture, écoute, capacité d’anticipation, sens de la décision, éthique de la responsabilité et altruisme. Être élu est devenu un job d’histrion, et tant pis pour les carences d’exécution qui se constatent après le vote. Les médias s’imaginent des faiseurs de roi, et ils le sont sans doute, pour le mauvais et l’encore pire.

Et la suite au bout du lien chez Boulevard Voltaire

Et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1421095544622467

vendredi 14 octobre 2016

Wikileaks : le clan Clinton projetait d’infiltrer l’Eglise

Méthode d’éducation à la propreté canine : mettre la truffe du jeune chien sur sa crotte mal placée et lui donner une tape sur l’arrière-train pour lui faire comprendre son erreur. C’est brutal, mais ça fonctionne. Wikileaks est une version 2.0 de cette méthode un peu virile. La publication de certains courriels qui émanent de l’entourage immédiat d’Hillary Clinton, candidate auto-proclamée du camp du bien, fait désordre.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mercredi 16 février 2011

Aveu de naïveté

Je dois l'avouer : je suis un grand naïf. Jusqu'à la lecture de l'article de la Tribune du 9 février 2011 signé Marc Fiorentino, je pensais que nous vivions dans un monde idéal où la Chine, les tigres d'Asie et les Pétro-Monarchies se gavaient sans retenue de T-Bond comme par le passé, sans trop se soucier de l'indigestion. Je pensais que tant que ces pays iraient à la soupe de l'oncle Sam, ne se méfiant ni des qualités gustatives et ni des aspects diététiques du junk food qui leur y est servi, la demande américaine trouverait une bonne raison de ne pas s'écrouler, nous permettant à nous autres pauvres vassaux de peut-être surnager dans nos fiefs.

Lire la suite...