mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 20 novembre 2019

Les 30 bougies de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant : où est le vrai progrès ?

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) a 30 ans ce 20 novembre 2019. C’est un beau texte, pétri de bonnes intentions humanistes. Elle inscrit une supériorité des droits de l’enfant qui, en tant que plus fragile, doit être protégé. Elle prévoit des droits élémentaires : vie, état-civil, nationalité, filiation, connaître et être élevé par ses parents, éducation, alimentation, abri, hygiène et soins, etc… Les enfants, compte tenu de leur âge, ne sauraient avoir des devoirs (sauf ceux donnés par leurs enseignants). Cette convention devrait s’imposer aux pays signataires, les traités internationaux ayant une force juridique (théoriquement) supérieure au droit local. Mais il y a parfois des anomalies.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 4 octobre 2019

GPA : la nuit où fut désaboli l’esclavage

Le 3 octobre 2019, vers 23 h 00, une poignée de députés, principalement de La République en marche, ont voté l’amendement 1591 présenté par le Dr Jean-Louis Touraine, contre l’avis du gouvernement. Cet amendement prévoit la retranscription automatique, dans l’état civil français, de tout enfant né d’une convention de gestation pour autrui à l’étranger. Le pied est mis dans la porte pour légaliser la GPA en France, d’abord en la reconnaissant à l’étranger comme une pratique normale, avant de l’autoriser à condition de lui coller une étiquette éthique, qui ment dès le premier jour et se décollera bien vite. C’est l’histoire des transgressions que l’on normalise petit à petit (cf. l’avortement seulement dépénalisé en 1975 et que certains voudraient voir inscrit dans le marbre de la Constitution comme un droit fondamental).

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 20 juin 2019

Sujets d’examens et bioéthique : de quoi se poser des questions…

C’est la saison des examens, et les sujets sont parfois surprenants, témoin cette épreuve de science pour candidats bacheliers où il était demandé pourquoi une femme aurait des testicules. Il a défrayé la chronique sur les réseaux sociaux. En notre époque où la théorie du genre était promue puis niée par un ministre siégeant rue de Grenelle, s’en offusquer vous catalogue sans doute comme un LGBTPhobe patenté sans autre forme de procès. Peut-être même que s’interroger sur l’opportunité de donner un sujet sur l’inter sexuation ferait de vous un suspect passible d’un opprobre bien mérité !

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 3 mai 2018

Bioéthique : des débats en toc

Le temps du débat sur Internet n’est plus, le travail de Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) est maintenant de procéder au dépouillement de cette très vaste consultation, de ce débat interactif qui, depuis février, a mobilisé quelques énergies : les États-Généraux de la Bioéthique. Il aurait, parait-il, embauché 200 stagiaires pour y parvenir. Et après il lui faudra faire une synthèse, tirer des enseignements, formuler des recommandations aux parlementaires qui auront peut-être à légiférer.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mercredi 14 mars 2018

États généraux de la bioéthique : point d’étape

Vaste mascarade destinée à amuser la galerie, hochet lancé aux bio-conservateurs pour laisser s’exprimer des avis dont nul compte ne sera tenu par un camp du progrès qui disposerait d’un monopole sur la vérité, l’hypothèse a été évoquée. Il y a un faisceaux d’indices concordants, mais est-il suffisant pour en tirer une conclusion ? Voici quelques points saillants à mettre en perspective.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mardi 30 janvier 2018

L’éthique pas très éthique des états-généraux de la bioéthique

Les états généraux de la bioéthique sont lancés, avec au programme moult débats et interventions de savants patentés, et le recueil des avis des citoyens. Sur le papier, même virtuel d’un écran, c’est très bien de demander son avis à Gérard Lambert et à la veuve de Carpentras. Sauf que la manière de recueillir l’avis d’un citoyen pourrait présenter des biais, des façons de s’exprimer qui orientent sournoisement celui qui répond.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1580780408653979