La Chine est l’usine du monde. L’entrée de la Chine dans l’Organisation mondiale du commerce, en 2001, a mis fin aux barrières douanières qui pénalisaient les produits chinois et a (en théorie) ouvert le marché chinois aux produits et aux investissements des autres pays. L’afflux des produits chinois a induit, en Occident, une désindustrialisation à grande échelle, dictée par une pression concurrentielle accrue sur les coûts de production. Est venu le temps des délocalisations, que ce soit en Asie ou ailleurs : continuellement chercher cet ailleurs où l’on peut produire moins cher, y faire produire ce que l’on consommera en Occident jusqu’à ce qu’un autre moins cher vienne justifier d’un changement de source d’approvisionnement.

Et la suite chez Boulevard Voltaire