La censure de la (superbe !) campagne d’affichage d’Alliance VITA par les régies en charge de sa diffusion, sur injonction du lobby LGBT relayé par Anne Hidalgo, a fait couler du pixel sur les écrans et de l’encre sur le papier. Elle est belle, l’unanimité de la bien-pensance qui chasse en meute le déviant qui oserait questionner son idéal progressiste ! Sauf que, parfois, il y a le mur de la loi.

Et la suite chez Boulevard Voltaire