Les gendarmes, grâce à un tuyau venant des USA, selon Le Monde et l’AFP, ont réalisé le mardi 15 octobre plus d’une centaine de perquisitions à travers la France et ont saisi 130 flacons de pentobarbital, un barbiturique / anesthésique qui n’est plus autorisé pour les humains, mais qui peut être utilisé dans le cadre d’une euthanasie ou d’un suicide. Il figure même parmi les produits possibles au sein des cocktails administrés lors d’exécutions par l’administration pénitentiaire américaine. Une association, Ultime Liberté, serait dans le collimateur pour avoir fourni des conseils aux personnes qui ont commandé sur internet leurs doses « au cas où ». Les produits étaient référencés en douanes comme des cosmétiques.

Et la suite chez Boulevard Voltaire