mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 10 mars 2019

Agnès Thill : traquer sans relâche la dissidence

Les apparatchiks socialistes qui ont quitté le radeau en perdition pour rejoindre Emmanuel Macron en 2017 n’ont pas oublié d’emporter dans leurs besaces les quelques réflexes qui en font, malgré leurs élections éventuelles ou leurs maroquins, des zombies en sursis. Parmi ces réflexes, deux ont été mis en évidence par la tribune publiée par Têtu le 8 mars 2019. Tribune ? Plutôt un réquisitoire en bonne et due forme, appelant à l’éviction d’Agnès Thill, qui ose ne pas démordre de son opposition à la PMA sans père. « Sachez refuser les compromis avec l’ensemble des comportements discriminants. Sachez exclure. »

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 3 mars 2019

Grand débat national, citoyenneté et démocratie : quelques propositions décoiffantes…

Voici quelques suggestions à verser au débat dont je doute qu’il soit grand : il semble biaisé dès l’origine. Mais ce n’est pas, pour autant, une raison suffisante pour s’abstenir. Mes propositions ne sont sans doute pas politiquement correctes, mais si elles étaient prises en compte, notre pays irait sans doute mieux.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 30 décembre 2018

Recette de saison : le sabotage de grand débat national

La gestion de la crise des gilets jaunes a accouché d’un grand débat national. C’est beau, le débat, dans une démocratie, c’est même essentiel : pas de débat, pas d’occasion de discuter et de convaincre que le bien public serait mieux servi par telle décision que par telle autre. Sauf qu’il y a, dans ce grand débat qui nous est proposé, comme une arnaque manifeste.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

lundi 17 décembre 2018

Référendum d’initiative citoyenne : certes, mais…

Ce n’est pas le dernier référendum national tenu en France qui a meurtri profondément le pays, c’est ce qui en a été fait après. Lui n’a fait qu’acter d’un clivage profond entre élites et peuple. Le rejet du traité constitutionnel européen aurait dû, en bonne logique, alerter sur le problème d’une Europe déjà devenue ingouvernable et échappant à la démocratie, confisquée par des technocrates que les peuples ne contrôlent pas. Une fois la sidération passée de voir que le peuple avait tiré le signal d’alarme, les seules préoccupations des eurocrates furent de relancer le train dans sa course folle, mais en supprimant ce signal d’alarme. Ce fut le traité de Lisbonne. Bien sûr, Nicolas Sarkozy et tous les Français qui ont contribué de près ou de loin à ce traité devraient être inculpés de haute trahison, et surtout les parlementaires qui ont voté pour cette abomination* quand le suffrage universel l’avait rejetée.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 30 novembre 2017

Le Salon Beige gagne en cassation : Désespérer de la justice n'est pas obligatoire !

Il arrive qu’une décision de justice satisfasse le spectateur lambda d’un pouvoir régalien en perdition. Le Salon beige, influent blog d’information catholique, avait juxtaposé deux clichés : un de 1942, présentant un jardin public où était affiché « Réservé aux enfants, interdit aux juifs », et un de 2013, où un gardien expulsait manu militari du jardin du Luxembourg un paisible porteur de sweat-shirt arborant le logo de la Manif pour tous. Titre et sous-titre : le retour de la bête immonde, les heures les plus sombres de notre histoire. Le blog a été condamné en première instance et en appel pour diffamation envers le gardien. Bonne nouvelle pour Le Salon beige : la Cour de cassation a cassé ce jugement. Désespérer de la justice n’est pas obligatoire.

Et la suite sur Boulevard Voltaire


et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1521569201241767

lundi 11 septembre 2017

Le paradoxe européen de Macron et Ménard

Le Président Emmanuel Macron s’exprimait de Grèce à propos de l’Europe le 7 septembre. Malgré un verbe pompeux à souhait, il y a (chose rare à ce niveau de responsabilité) avoué la grande trahison

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Et les commentaires : https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1449623881769633

mardi 8 août 2017

Elections : Les castings déplorables

Dans le monde de la comptabilité et de l’audit, il est un principe qui impose la prééminence de la réalité sur l’apparence. Les Anglo-Saxons l’énoncent ainsi : « substance over form ». Avoir l’air de ne sera jamais aussi bien qu’être. Ce principe de bon sens n’a pas réussi à s’imposer partout, témoin nos dernières élections présidentielles où se sont affrontées des baudruches gonflées d’ego hypertrophiés, mais dépourvues des qualités nécessaires pour ce type de poste : culture, écoute, capacité d’anticipation, sens de la décision, éthique de la responsabilité et altruisme. Être élu est devenu un job d’histrion, et tant pis pour les carences d’exécution qui se constatent après le vote. Les médias s’imaginent des faiseurs de roi, et ils le sont sans doute, pour le mauvais et l’encore pire.

Et la suite au bout du lien chez Boulevard Voltaire

Et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1421095544622467

lundi 24 avril 2017

Des listes électorales

Pour qu’un pays puisse être considéré comme démocratique, il faut que des élections y soient organisées de temps à autre afin de désigner des élus ou pour répondre à une question lors d’un référendum, voire une votation chez nos voisins suisses. Cela suppose une mobilisation de citoyens. Une armée de scrutateurs et d’assesseurs tente, pour la plupart d’entre eux, d’encadrer honnêtement le déroulement du vote. Grâce à eux, les scrutins peuvent être sincères et conformes aux prescriptions de la loi. Il faut aussi mettre en œuvre une certaine logistique : des bulletins, des enveloppes, des isoloirs, des urnes et des listes électorales. Ces dernières ont pour rôle primordial de dire qui peut voter dans un bureau, et leur émargement empêche que deux votes soient émis pour un et un seul électeur.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mercredi 1 mars 2017

Des cordons sanitaires

En politique, l’ostracisme existe. Il y a à peine plus d’un an, une alliance de circonstance entre le choux et la chèvre a permis de priver un loup vilipendé d’obtenir la proie qu’il convoitait : la tête d’une région ! Le ban, cette sentence tirée du droit féodal, existe encore puisque le système prive de l’accès aux responsabilités le parti des infréquentables avec l’aide de peu reluisantes combines, nonobstant quelques exceptions d’intérêt local qui tiennent lieu d’alibi démocratique.

Et la suite chez l'OSP Fréjus - Toulon

lundi 27 février 2017

Un gendarme blessé à Nantes : qui s’en soucie ?

Un gendarme est blessé. Un parmi onze membres des forces de l’ordre ce week-end à Nantes, en marge de la venue de Marine le Pen, présidente d’un parti autorisé en France, députée européenne, candidate à l’élection présidentielle. Ce gendarme a été plus grièvement blessé que les autres et devra s’arrêter de travailler pendant 7 jours. Les images qui sont relayées sur internet troublent : où est l’état de droit, l’état d’urgence, quand des milices amies du pouvoir en place se livrent à la violence dans une quasi-impunité ? Il faudrait presque être soulagé que le bilan ne soit que de onze blessés.

et la suite sur Boulevard Voltaire

Les commentaires sont ici : https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1265352446863445

samedi 17 décembre 2016

Désastres halieutiques en série aux primaires

Après Jean-Frédéric Poisson évincé, exeunt les Poissons roses et Régis Passerieux, leur candidat qui prétendait participer aux primaires de la « Belle alliance populaire ». Faute d’un nombre de parrainages suffisants, ces chrétiens de gauche n’auront pas de compétiteur aligné sur la ligne de départ. Certes, il s’agissait d’un challenger. La direction du Parti socialiste aurait organisé l’ostracisme en décourageant les parlementaires d’apporter leur soutien à ce mouvement atypique de chrétiens revendiquant de l’être dans un parti où il est de bon ton de manger ostensiblement un steak le vendredi, par pure provocation. Ils doutent, désormais, d’avoir encore une place dans les eaux troubles du marigot.

Ey la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 30 septembre 2016

Nuit debout contre Veilleurs : deux agoras mais pas de débats !

Le camp du bien n’a pas besoin de se justifier ni de débattre, ni même de se défendre contre les accusations qu’on pourrait porter contre lui. Il lui suffit d’affirmer qu’il est le camp du bien et que celui qui n’abonde pas dans son sens est un fasciste, ou tout autre avatar moderne de cette peste brune : homophobe, islamophobe, etc. Point n’est besoin de discuter avec un fasciste.

Et la suite chez Boulevard voltaire

- page 1 de 2