mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 24 avril 2017

Des listes électorales

Pour qu’un pays puisse être considéré comme démocratique, il faut que des élections y soient organisées de temps à autre afin de désigner des élus ou pour répondre à une question lors d’un référendum, voire une votation chez nos voisins suisses. Cela suppose une mobilisation de citoyens. Une armée de scrutateurs et d’assesseurs tente, pour la plupart d’entre eux, d’encadrer honnêtement le déroulement du vote. Grâce à eux, les scrutins peuvent être sincères et conformes aux prescriptions de la loi. Il faut aussi mettre en œuvre une certaine logistique : des bulletins, des enveloppes, des isoloirs, des urnes et des listes électorales. Ces dernières ont pour rôle primordial de dire qui peut voter dans un bureau, et leur émargement empêche que deux votes soient émis pour un et un seul électeur.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mercredi 1 mars 2017

Des cordons sanitaires

En politique, l’ostracisme existe. Il y a à peine plus d’un an, une alliance de circonstance entre le choux et la chèvre a permis de priver un loup vilipendé d’obtenir la proie qu’il convoitait : la tête d’une région ! Le ban, cette sentence tirée du droit féodal, existe encore puisque le système prive de l’accès aux responsabilités le parti des infréquentables avec l’aide de peu reluisantes combines, nonobstant quelques exceptions d’intérêt local qui tiennent lieu d’alibi démocratique.

Et la suite chez l'OSP Fréjus - Toulon

lundi 27 février 2017

Un gendarme blessé à Nantes : qui s’en soucie ?

Un gendarme est blessé. Un parmi onze membres des forces de l’ordre ce week-end à Nantes, en marge de la venue de Marine le Pen, présidente d’un parti autorisé en France, députée européenne, candidate à l’élection présidentielle. Ce gendarme a été plus grièvement blessé que les autres et devra s’arrêter de travailler pendant 7 jours. Les images qui sont relayées sur internet troublent : où est l’état de droit, l’état d’urgence, quand des milices amies du pouvoir en place se livrent à la violence dans une quasi-impunité ? Il faudrait presque être soulagé que le bilan ne soit que de onze blessés.

et la suite sur Boulevard Voltaire

Les commentaires sont ici : https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1265352446863445

samedi 17 décembre 2016

Désastres halieutiques en série aux primaires

Après Jean-Frédéric Poisson évincé, exeunt les Poissons roses et Régis Passerieux, leur candidat qui prétendait participer aux primaires de la « Belle alliance populaire ». Faute d’un nombre de parrainages suffisants, ces chrétiens de gauche n’auront pas de compétiteur aligné sur la ligne de départ. Certes, il s’agissait d’un challenger. La direction du Parti socialiste aurait organisé l’ostracisme en décourageant les parlementaires d’apporter leur soutien à ce mouvement atypique de chrétiens revendiquant de l’être dans un parti où il est de bon ton de manger ostensiblement un steak le vendredi, par pure provocation. Ils doutent, désormais, d’avoir encore une place dans les eaux troubles du marigot.

Ey la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 30 septembre 2016

Nuit debout contre Veilleurs : deux agoras mais pas de débats !

Le camp du bien n’a pas besoin de se justifier ni de débattre, ni même de se défendre contre les accusations qu’on pourrait porter contre lui. Il lui suffit d’affirmer qu’il est le camp du bien et que celui qui n’abonde pas dans son sens est un fasciste, ou tout autre avatar moderne de cette peste brune : homophobe, islamophobe, etc. Point n’est besoin de discuter avec un fasciste.

Et la suite chez Boulevard voltaire

mercredi 6 juillet 2016

Le tapis rouge ou le coup de pied aux fesses ?

Il y a comme une espèce de frénésie, de folie mimétique dans l’empressement qu’ont les eurolâtres à vouloir compenser la « perte » probable du Royaume-Uni par l’entrée d’un poids lourd, avec un gros marché intérieur si possible en croissance et des réserves de main-d’œuvre à bon marché : la Turquie. Cela évoque un troupeau de moutons de Panurge qui s’inventent collectivement des arbres qui grimperaient jusqu’au ciel, et qui fuiraient lorsque ces arbres s’effondrent. Hystérie des marchés, quand tu nous tiens …

Et la suite chez OSP Fréjus - Toulon

jeudi 5 mai 2016

Debout, constituants nocturnes et diurnes

Vous n’aurez pas de compte rendu exhaustif et circonstancié de ma visite place de la République dans la nuit du mercredi 27 avril. J’y suis sans doute arrivé trop tard pour capturer un échantillon suffisant de l’Assemblée Générale de la Nuit Debout, mais j’en assez entendu pour encore une fois devoir déplorer chez des concitoyens la persistance d’un prisme de lecture obsolète fleurant bon le marxisme et la lutte des classes.

Et la suite chez OSP Fréjus-Toulon

mardi 15 décembre 2015

Epouvantail, démocratie et subsidiarité

Réflexions personnelles après les élections régionales d’un agnostique politique qui n'a jamais voté Front national, qui pense perdurer dans son choix mais qui affirme qu'une démocratie tétanisée par le parti légal des infréquentables ne mérite pas d'être appelée démocratie.

Et la suite au bout du lien chez Liberté Politique

lundi 31 août 2015

Beaucoup de bruit pour rien ?

La sphère politico-médiatique a bruissé toute une semaine sur ce scandale, justifiant la une du plus renommé des quotidiens nationaux : les cathos auraient invité le Diable lui-même pour discuter ! Branle-bas de combat dans les officines et les salles de rédaction, prises de positions publiques et emportements sur les réseaux sociaux, thèmes et anathèmes, etc. Tout ça pour quoi ? et la suite sur Liberté Politique

mercredi 1 juillet 2015

du bon usage de la démocratie directe

Le 29 mai 2005 en France a eu lieu un référendum portant sur l'acceptation, ou non, du traité constitutionnel européen. Avec le résultat que l'on connaît : un non, peut-être ni franc ni massif, mais objectif, tangible, réel.

et la suite sur Liberté Politique

mardi 28 avril 2015

Deux poids, deux mesures

Parmi ceux qui briguent des mandats, certains s'étonnent de la désaffection des citoyens pour les urnes, les partis, la chose publique. J'ai une sincère envie de prendre un mégaphone et d’y hurler à l’intention de leurs oreilles cette phrase de Bossuet : "Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils continuent de chérir les causes".

Et la suite se trouve sur le Cercle les Echos

vendredi 1 août 2014

Du bon usage des sifflets

Le 27 juillet lors de la manifestation en soutien aux chrétiens d’orient sur le parvis de Notre-Dame de Paris, Me. Klugman, élu Parisien et avocat des Femens, mandaté par Madame Anne Hidalgo (Maire de Paris) pour la représenter, a été copieusement hué et sifflé par la foule. Je désapprouve personnellement ces huées auxquelles je ne me suis pas associé. Il aurait mieux valu que ceux qui désapprouvaient sa présence tournent tous silencieusement le dos à l’orateur.

Et la suite est publiée par Stendhal

- page 1 de 2