mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - démocratie directe

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 6 avril 2020

Consulter pour le jour d’après

« Le jour d’après », c’est un brin théâtral, comme expression, mais ça interpelle grave, diraient des jeunes. Bien sûr, nous espérons tous des lendemains qui chantent une belle mélodie et aussi rapidement que possible, même si l’après-confinement nous obligera peut-être à porter les masques dont le bon de commande est bloqué à quelque échelon ministériel. Et même si les dégâts sur notre économie, notre système de santé et ce qui reste de la cohésion nationale ne peuvent être évalués à ce jour, il serait opportun de se poser les bonnes questions, celle du cap étant la première et celle de la vitesse la seconde.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mardi 27 août 2019

Jean-Paul Delevoye, bientôt ministre des Retraites : attention, entourloupe ?

Jean-Paul Delevoye est pressenti pour devenir ministre des Retraites. Il occupe, à ce jour, un haut-commissariat aux retraites sous la direction d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des Solidarités. À 72 ans, il est homme nouveau pour le monde nouveau où l’on fait de la politique d’une nouvelle façon promis par le Président lorsqu’il était candidat, persifleront tous ceux qui ont un peu de mémoire. Pour les autres, sa page Wikipédia aligne les multiples mandats (aux temps bénis où leur cumul n’était pas honni), postes parlementaires ou ministériels ou dans divers machins de la République (Maires de France, Médiateur, CESE).

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 6 janvier 2019

Loi Taubira et gilets jaunes : un goût de revanche du côté du CESE…

Les militants opposés aux graves dérangements anthropologiques initiés par la loi Taubira ouvrant le mariage aux personnes de même sexe ont, en travers de la gorge, la mise à la poubelle, par le président de l’époque du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Jean-Paul Delevoye, d’une pétition qui avait réuni tout de même plus de 700.000 signatures, en collusion avec le Premier ministre. En quelque sorte, le coup de grâce porté à la démocratie directe après sa condamnation à mort et son exécution par Nicolas Sarkozy et les parlementaires ayant voté le traité de Lisbonne. La Justice a eu beau condamner cette décision, son nouveau président peut bien reconnaître la faute, le mal est fait, la tache est indélébile et le CESE sera toujours la chambre servile qui a sacrifié son indépendance par opportunisme politique. Vae victis, malheur aux vaincus.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 5 mai 2016

Debout, constituants nocturnes et diurnes

Vous n’aurez pas de compte rendu exhaustif et circonstancié de ma visite place de la République dans la nuit du mercredi 27 avril. J’y suis sans doute arrivé trop tard pour capturer un échantillon suffisant de l’Assemblée Générale de la Nuit Debout, mais j’en assez entendu pour encore une fois devoir déplorer chez des concitoyens la persistance d’un prisme de lecture obsolète fleurant bon le marxisme et la lutte des classes.

Et la suite chez OSP Fréjus-Toulon