mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 14 avril 2018

Mark Zuckerberg devant les sénateurs : tellement américain !

L’audition de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a eu lieu le 10 avril devant des sénateurs. Elle met en évidence un aspect de la société américaine : la culture de l’excuse. Le PDG de Facebook s’est publiquement excusé de l’affaire Cambridge Analytica : le réseau social n’a pas protégé les données personnelles de ses utilisateurs, qui ont été siphonnées et utilisées par l’entreprise qui a travaillé à l’élection de Donald Trump. Présenter des excuses outre-Atlantique est un exercice imposé qui permet, éventuellement, de prendre un nouveau départ, de restaurer une confiance détériorée. Cela ressemble, dans la forme, à l’autocritique publique qui devait clôturer les procès staliniens. Et Mark Zuckerberg est coutumier de cela, tant il a présenté d’excuses depuis la création de Facebook pour les erreurs commises. Jusqu’à quand ?

Et la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 22 mai 2015

Jérôme Kerviel, xième épisode du feuilleton

Le monde bruisse aujourd'hui au sujet du changement d'opinion d'un officier de police ayant travaillé sur l'enquête : cette personne serait dorénavant parvenue à l'intime conviction que la Société Générale savait que Jérôme Kerviel dépassait les limites fixées par sa hiérarchie, et s'étonnerait que l'enquête et l'instruction aient pu manquer de pugnacité dans la recherche de la vérité. Ce manquement, s'il est avéré, est grave, mais plus que la banque, il vise le magistrat-instructeur responsable de l'enquête qui se serait laissé instrumentaliser par la banque.

Et la suite chez Finyear