mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 30 octobre 2019

Ce petit garçon de 7 ans dit qu’il est une fille : c’est sa mère qui lui a dit

À l’heure de rédaction de ce billet, la vidéo compte 3,2 millions de vues. Elle a été postée, jeudi dernier, par un certain Charlie Kirk via un tweet (1). Elle montre un petit garçon de 7 ans, James Younger, qui explique qu’il est une fille, que sa mère lui a dit qu’il est une fille, qu’elle l’habille en fille, le coiffe en fille, lui met du vernis à ongles. Donald Trump Junior, le fils aîné du président des États-Unis d’Amérique, a repris ce tweet en le commentant ainsi : « C’est une maltraitance contre un enfant. Les gens doivent se lever contre cette connerie. Ça suffit. » (2)

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 26 septembre 2019

Jouets “genrés” : cachez ce stéréotype que nos enfants ne devraient voir !

Eh oui, encore une parodie du Tartuffe ! Carl von Clausewitz a énoncé que l’art de la guerre, c’est aussi celui de la multiplication des fronts, afin de disperser si c’est possible les forces de l’adversaire et concentrer en un point son attaque décisive pour y gagner localement, puis tout emporter. L’agenda des progressistes en témoigne : la « mère des batailles » sur le théâtre des opérations anthropologiques est actuellement celle de la PMA sans père, mais des diversions existent. Leur monde rêvé se profile, où l’État s’efface, où se délite la famille et où rien n’entrave plus la domination des intérêts du « grand capital » sur la personne. Le genre, cette théorie qui n’existerait pas, continue de s’insinuer sournoisement partout. Une charte pour une représentation mixte des jouets devraient être signée entre l’État et les producteurs et distributeurs de jouets.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

vendredi 18 août 2017

Enfants transgenre : Quand le soin devient maltraitance

L’American College of Pediatricians a publié sa décision en mars dernier sous la plume du professeur Paul R. McHugh de l’université de psychologie clinique Johns-Hopkins et des docteurs Michelle A. Cretella et Quentin Van Meter : les traitements chirurgicaux et médicamenteux appliqués en vue d’une réassignation sexuelle doivent être considérés comme des maltraitances faites à des enfants. Cette publication n’a pas rencontré, en France, d’écho significatif. Voici quelques arguments parmi les plus percutants qui étayent cette conclusion.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1430119467053408