mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 26 décembre 2019

Chrétiens d’Orient : l’exil comme issue ?

La démographie se nourrit de chiffres qui reflètent des faits mesurables. Les minorités religieuses ne trouvent plus, au Moyen-Orient, de raisons suffisantes de rester sur place. Les guerres étrangères ou civiles et l’insécurité ont raison de l’attachement légitime à une terre où leurs aïeux ont vécu. C’est devenu trop dangereux. Il faut partir pour tenter de vivre.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mercredi 13 juin 2018

À Bezons, les certitudes, les outrances et les postures de la mairie communiste

Le maire communiste de la ville de Bezons décide de baptiser, à titre temporaire, une allée de sa ville « allée de la Nakba » (« la catastrophe », en arabe), en référence à l’exode des populations palestiniennes qui a suivi la création de l’État d’Israël en 1948. Deux plaques sont superposées, celle de dessous étant écrite en arabe. Est aussi inscrite, en dessous du type et du nom de la voie, cette phrase dont on ignore si c’est une simple évocation, une invocation, une sentence ou un réquisitoire :

« En mémoire de l’expulsion des 800.000 Palestiniens et de la destruction des 532 villages en 1948 par le criminel de guerre David Ben Gourion pour la création de l’État d’Israël. »

Et la suite chez Boulevard Voltaire