La dystopie La Servante écarlate s’invite sur vos écrans ou dans votre bibliothèque où elle peut honorablement côtoyer les maîtres Aldous Huxley et George Orwell. Dans ce cauchemar inventé par Margaret Atwood, la pollution entraîne une chute de la fécondité des femmes et une proportion grandissante de bébés anormaux. Des ultra-puritains prennent le pouvoir et abolissent la démocratie, la société devient régie par un système de castes sexuées où les « servantes écarlates », présumées fécondes, sont asservies et doivent donner aux « dominantes » les enfants qu’elles portent et que leurs maîtresses ne peuvent pas concevoir et porter. Dans ce monde violent et totalitaire, la personne est instrumentalisée, sa dignité est bafouée et la moindre dissidence de sa pensée est farouchement éradiquée.

Et la suite sur Boulevard Voltaire