Un gendarme est blessé. Un parmi onze membres des forces de l’ordre ce week-end à Nantes, en marge de la venue de Marine le Pen, présidente d’un parti autorisé en France, députée européenne, candidate à l’élection présidentielle. Ce gendarme a été plus grièvement blessé que les autres et devra s’arrêter de travailler pendant 7 jours. Les images qui sont relayées sur internet troublent : où est l’état de droit, l’état d’urgence, quand des milices amies du pouvoir en place se livrent à la violence dans une quasi-impunité ? Il faudrait presque être soulagé que le bilan ne soit que de onze blessés.

et la suite sur Boulevard Voltaire

Les commentaires sont ici : https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1265352446863445