La gnose et les gnostiques, c’est vieux. Certes, le baptême de Clovis, catholique plutôt qu’arien, c’est un peu comme le nez de Cléopâtre, un de ces incontournables postes d’aiguillage de l’Histoire. Le dernier château cathare (Quéribus) est tombé en 1255 et le dernier Cathare (Bélibaste) fut brûlé en 1321. Un résumé très superficiel de la doctrine des gnostiques, c’est une haine de la chair, supposée être une création démoniaque, et une subséquente survalorisation de l’âme et de l’intelligence. Ils sont, de fait, des négationnistes de l’Incarnation de Jésus, pour eux Dieu/le Bien ne peut pas habiter la chair créée par le Diable/le Mal. Et par conséquent de sa Passion et de sa Résurrection, d’où une incompatibilité manifeste avec les enseignements de l’Église catholique apostolique et romaine.

la suite chez Boulevard Voltaire