mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 27 novembre 2019

Bravo, les cyberflics !

Europol pavoise : l’agence de coordination/coopération des polices nationales des membres de l’Union européenne en matière de lutte contre la criminalité, le terrorisme, la pédophilie et le trafic de stupéfiants a réussi une opération coup de poing visant à démanteler l’infrastructure numérique de propagande de Daech. L’agence de presse du califat devenu virtuel Amaq ainsi que ses correspondants seraient privés de leurs moyens de communiquer. Neuf fournisseurs de services, parmi lesquels Dropbox, Google, Instagram, Telegram, Twitter et YouTube, auraient contribué à cette action. Bravo aux cyberflics ! Voilà au moins un sujet où l’Europe pourrait faire consensus : coopérer pour éradiquer le terrorisme islamique ou non est plus pertinent que rester impuissant seul dans son coin. L’Oumma rêvée des fondamentalistes se joue de nos frontières, il serait sot de s’y cramponner.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

lundi 22 avril 2019

Vérité au Sri Lanka

Tristes Pâques avec la nouvelle au réveil de cette série de huit attentats à la bombe coordonnés au Sri Lanka, ayant pour cibles des églises catholiques (deux) et évangélique (une) pendant des messes pascales, ainsi que des hôtels (quatre). Le bilan est très lourd, 290 morts en ce lundi matin. Les cibles sont, clairement, chrétiennes.

Et la suitre chez Boulevard Voltaire

vendredi 5 janvier 2018

Le père Hamel a-t-il été victime d’une bavure ?

Mediapart a publié une enquête comme quoi Adel Kermiche, l’un des terroristes musulmans ayant égorgé le père Jacques Hamel, aurait singulièrement manqué de discrétion sur une messagerie électronique. Les détails qu’il a donnés sur lui auraient permis de l’identifier, et il aurait été assez explicite sur ses intentions.

Et la suite sur Boulevard Voltaire

Et les commentaires : https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1557062387692448

lundi 1 janvier 2018

Le foulard de l'iranienne

Des images ont un pouvoir : elle véhiculent qui une histoire, qui une émotion. Les mots s’effacent, passent au second plan ; l’image dit l’indicible, écrit l’ascriptible. Elles entrent parfois dans l’Histoire avec un H majuscule et deviennent documents qui illustrent et renseignent un fait historique. Par exemple, la guerre du Vietnam se résumera à quelques clichés ; nous nous représentons tous (ou presque) la photo d’une fillette nue qui court en hurlant sa peur et sa douleur causée par le napalm. Le profond clivage que causa cette guerre dans la société américaine trouvera son illustration dans l’image d’une jeune femme qui porte une fleur face à des soldats brandissant des baïonnettes à Washington. Et puis il y a la violence crue de cette exécution sommaire d’un vietcong à Saïgon, une fraction de seconde avant que le policier-bourreau ne presse la détente de son arme.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1552195258179161