mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 16 août 2019

Silence, on guette vos confidences !

Peut-être que quand nous lisons (et relisons, jamais trop souvent) 1984, de George Orwell, nous ne prêtons pas assez attention au télécran, cet outil multimédia (dirait-on aujourd’hui) qui diffuse la propagande de Big Brother mais qui, discrètement et sans jamais se lasser, espionne les dires, les faits et les gestes de chaque personne. Face à un écran, nous songeons plus à ce que nous pouvons recevoir de lui que ce que nous pouvons lui donner – ou ce qu’il peut nous prendre « à l’insu de notre plein gré ».

Et la suite chez Boulevard Voltaire

mardi 16 octobre 2018

Transgenre par mimétisme ?

Slate a sorti le 15 octobre 2018 un article : une chercheuse, madame Lisa Littman de l’université de Brown (l’une des très convoitée Ivy League aux Etats-Unis d’Amérique) a bravé la bien-pensance LGBT ! Dans une publication validée par le comité de lecture de la revue PLOS ONE et datée du 16 août 2018, elle établit que les adolescents et jeunes adultes qui consultent pour une « dysphorie de genre soudaine* » (c’est-à-dire sans que des antécédents dans leur enfance ne laissent rien présager) se trouvent souvent dans des groupes où d’autres personnes entament la même démarche. Une contagion sociale, une espèce de mode, un mimétisme serait-il à l’origine de certains cas ? Il semblerait qu’il s’agisse en plus d’une épidémie : chez les Anglais, le nombre de cas est multiplié par 5 en 5 ans et dorénavant, il y aurait plus d’occurrences constatées chez des sujets féminins.

Et la suite chez Boulevard Voltaire