mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 26 mars 2018

Régulation financière : les vœux pieux d’Emmanuel Macron ?

Depuis Bruxelles, lors d’un discours visant à promouvoir des investissements qui seraient écolo-compatibles, le Président tweete : « Nous nous sommes endormis et avons peu régulé ceux qui ont conduit à la crise de 2008. Prenons en compte les mécanismes de soutenabilité dans la régulation. #SustainableFinanceEU. »

Et la suite chez Boulevard Voltaire

jeudi 14 août 2014

La banque comme régulateur de la puissance publique

Dernier billet en date publié sur Les Crises

Bonne lecture !

vendredi 20 décembre 2013

Désordres de grandeur

Vous avez bien lu. Ce n'est pas un pluriel raté par inadvertance ou inattention.

et la suite @finyear

vendredi 8 novembre 2013

Quel Jedi contre Dark Pool

Je sais, le nom du vrai méchant de la saga Star Wars est Darth Vader, aka Anakin Skywalker … mais sa francisation est Dark Vador, d'où ce titre facétieux pour rebondir au sujet d'articles de la Tribune (1) en date du 21 et 30 octobre qui évoquent les inquiétudes des régulateurs face à l'évolution de la part de marché des dark pools, ces « bassins sombres » où s'échangent des titres dans une certaine opacité, qui est passée en Europe de 2,8 % à 5,84 % en 2 ans. L'idée des régulateurs est de capper à 4 % la part de marché quotidienne des échanges réalisés sur ces dark pools.

et la suite au bout du lien, @FinYear

vendredi 2 septembre 2011

Enfreindre le tabou

Il semblerait que le régalien régulateur, la pression de la conjoncture des marchés aidant (1), se décide à prohiber (temporairement) les ventes à découvert. Enfin ! diront certains, dont je fais partie, et ce n'est pas si fréquent que j'abonde dans le sens de l'État. Certes, si cette dichotomie a du sens, je suis un financier d'entreprise un brin rustique, pas un financier de marché sophistiqué et ceci peut expliquer mon opinion. Mais il est salutaire que l'autorité politique se pose la question de la bride qu'elle doit laisser sur le cou ou tenir fermement : c'est son apanage d'arbitre ultime de la société civile, même si elle se révèle parfois incapable de tenir ce rôle.

Lire la suite...