L'actualité récente met sous le feu des projecteurs ces deux entreprises publiques, et j'imagine qu'elles se passeraient bien de cette lumière un peu crue où des tares sont mises en évidence. Il y a bien sûr les rames de TER commandées qui s'avèrent trop larges pour les quais des gares, et le jeu de mistigri subséquent entre RFF, SNCF et régions pour savoir qui paiera l'ardoise (ne nous leurrons pas, ce sera in fine le client et/ou le contribuable). Et il y a le projet de regroupement sous une holding unique des deux entreprises, dont les syndicats disent qu'il est trop timoré et qu'ils préféreraient une fusion pure et simple.

Et la suite de mes humeurs s'affichent Finyear