mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 22 août 2019

Quitter Twitter ? Mais on n’abdique pas l’honneur d’être une cible !

La tribune de David Desgouilles publiée par le FigaroVox « Quittons Twitter, cette cour ridicule » est excellente. Elle compare opportunément la plate-forme de micro-blogging à la cour de Louis XVI telle que dépeinte (fantasmée ?) par le remarquable film de Patrice Leconte, Ridicule. Oui, le mimétisme y fait rage, lynchage numérique du bouc émissaire compris : René Girard y trouverait un champ d’étude extraordinaire. Les vanités s’y mesurent en nombre d’abonnés, pas en quartiers de noblesse. On s’y hausse du col à force de bons mots ou d’attaque ad hominem en 280 caractères, pas en alexandrins. Parfois, elles humilient l’adversaire. Pire : la plate-forme n’est pas neutre. D’une part, ses algorithmes ne laissent apparaître qu’une partie des tweets, ceux les plus à même de faire réagir et d’exacerber les conflits. D’autre part, la modération de Twitter est objectivement partisane : progressiste et bien-pensante. La conclusion de David Desgouilles rejoint celle du film : il faut déserter cette cour. « Un arbre pourri ne donne pas de bons fruits. » Il a désactivé son compte et rejoint, en cela, le Dr Michel Cymès dont j’avais commenté le départ.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

dimanche 28 juillet 2019

Joseph Goebbels dès potron-minet le dimanche : dernier avatar de l’affaire Fatima Benomar …

Un tweet de Fatima Benomar posté le 5 juillet dernier fait le buzz et inscrit « Goebbels » dans les TT du dimanche matin. Pardon. Un pépiement publié sur le réseau social Twitter par Fatima Benomar crée une réaction en chaîne de diffusion de réponses et commentaires propulsant le nom du docteur Joseph Goebbels, l’ancien ministre de l’Éducation du peuple et de la Propagande du IIIe Reich et très brièvement successeur d’Adolf Hitler comme chancelier (pendant une journée), dans les hauteurs du classement des termes les plus employés en ce dimanche matin (après l’éventuelle censure opérée par la bien-pensance des sbires en charge du réseau, bien sûr, mais peut-être qu’ils dormaient encore).

Et la suite chez Boulevard Voltaire

lundi 29 octobre 2018

Twitter m’a (presque) tuer

Ou chronique de la censure ordinaire ...

Et la suite chez Agoravox

dimanche 7 mai 2017

Jour d’élection : la censure veille sur Twitter

Le réseau social de l’oiseau bleu bruisse en ce jour d’élection. Des twittos voient le nombre de leurs abonnés se réduire de dix, quinze, vingt et jusqu’à soixante abonnés. De très nombreux comptes Twitter ont été suspendus. Après quelques recoupements, il est assez vraisemblable que les titulaires de ces comptes aient usé des mots cliquables #BayrouGate et #MacronLeaks, que ce soit en envoyant des messages originaux ou en les rediffusant à leurs audiences propres. Un internaute fait même circuler un courrier d’avocat reçu à ce sujet…

Et la suite sur Boulevard Voltaire

Et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1327969197268436

lundi 17 avril 2017

Internet, discernement et bienveillance

Le docteur Michel Cymès a quitté Twitter, cet hybride entre le réseau social et le blog. Il ne supportait pas la haine et l’agressivité. Pourtant, l’abolition des distances entre lui et son audience lui procurait des occasions d’échanges sans intermédiaires.

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Les commentaires sont là : https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1311419028923453