mon blog / my blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 4 septembre 2018

Peut-on caricaturer Mahomet ? L’islam et la manière…

Aux Pays-Bas, le cinéaste et député Geert Wilders, leader du Parti de la liberté (nationaliste-souverainiste-populiste) et opposant déclaré à l’islam et l’islamisme, a fait machine arrière. Il renonce à son projet de concours de caricatures de Mahomet lancé en juin dernier et prévu pour le mois de novembre, ce, pour des raisons de sécurité. L’arrestation d’une personne au passeport pakistanais ayant manifesté son intention de s’attaquer au député ou aux bâtiments du Parlement confirme que les menaces proférées n’étaient pas à négliger. Est-ce un recul face à un risque terroriste ? Le risque zéro n’existe pas en matière de terrorisme, mais cette annulation ne sera-t-elle pas perçue comme une capitulation, et donc une victoire de l’islam radical ?

Et la suite chez Boulevard Voltaire

Et les commentaires https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/1840078596057491

mardi 11 octobre 2016

Viry-Châtillon, ou comment se payer de mots au pays d’Ubu…

Encore une fois, déplorons ces discours avec les adjectifs qualificatifs de circonstance, l’emphase voulue par l’intensité du drame et l’éminente componction due aux fonctions du Président, de son Premier ministre et de celui de l’Intérieur. Ces déclarations fleurant bon la testostérone ont une mélodie de rengaine déjà trop entendue. Les quatre policiers blessés de La Grande Borne et leurs collègues ont sans doute besoin d’autre chose que des paroles. Peut-être que le début d’une perceptible et factuelle tentative de restauration de l’autorité de l’État dans ses devoirs régaliens les plus élémentaires sur tout le territoire national serait la solution, mais quel naïf veut y croire ?

Et la suite chez Boulevard voltaire

vendredi 30 septembre 2016

Nuit debout contre Veilleurs : deux agoras mais pas de débats !

Le camp du bien n’a pas besoin de se justifier ni de débattre, ni même de se défendre contre les accusations qu’on pourrait porter contre lui. Il lui suffit d’affirmer qu’il est le camp du bien et que celui qui n’abonde pas dans son sens est un fasciste, ou tout autre avatar moderne de cette peste brune : homophobe, islamophobe, etc. Point n’est besoin de discuter avec un fasciste.

Et la suite chez Boulevard voltaire