J’accepte d’emblée que l’on me considère comme un parano, que l’on dise de moi que je vois le mal partout, même là où il n’est pas, que les bonnes résolutions ordinaires de bienveillance sombrent vite dans les abysses de ma pugnacité revancharde ... Ces opinions sont sans doute légitimes. Et la suite chez Stendhal